Bienvenue ! Vous pouvez nous appeler au 01 45 32 00 20 ou nous envoyer un mail à info@cerene-education.fr

Dyscalculie

La dyscalculie correspond à une difficulté spécifique en rapport avec le sens des nombres. Il ne s’agit pas du simple fait « d’être mauvais en maths» ou de « ne pas aimer les maths ».

Les recherches les plus récentes permettent de penser que dès le plus jeune âge, l’enfant est capable de distinguer les quantités. Cette capacité progresse spontanément au cours du développement. On pense qu’il existe deux systèmes autonomes : l’un permettant la prise en compte précise de très petites quantités, sans comptage ; l’autre permettant l’évaluation approximative de plus grande quantité.

Grâce au langage et plus tard aux symboles numériques, l’enfant pourra créer un pont entre ces deux capacités autonomes.

La dyscalculie correspond à la difficulté d’évaluer les quantités, mais aussi à manipuler les symboles numériques, à réaliser des petits calculs mentaux, à maîtriser les procédures de calculs.

Si le fait d’avoir du mal à apprendre ses tables de multiplication peut dans certains cas être un révélateur de difficultés numériques, c’est loin d’être toujours le cas.

Beaucoup d’éléments de la vie de tous les jours sont exprimés en quantités numériques (sa date de naissance, le nombre de jours dans un mois, le nombre de secondes dans une minute…). Il peut arriver que l’enfant ait du mal à maîtriser ces faits numériques.

Mesurer, c’est aussi compter. L’évaluation du poids, de la taille, des volumes, du temps, demande une bonne capacité du sens des nombres. Il peut se faire que pour certains, cela pose des difficultés importantes.

Il existe un certain lien entre l’organisation dans l’espace et le sens des nombres, par une certaine spatialisation assez culturelle des quantités numériques.

Bien entendu, les nombres sont omniprésents dans les mathématiques, mais aussi la physique, les sciences de la vie et de la terre, … La résolution de problèmes est simplifiée si la prise en compte des quantités est intuitive. Des fragilités dans ces domaines peuvent être liées à la dyscalculie, sans que cela soit toujours le cas. De manière paradoxale, un enfant (ou un adulte) dyscalculique, peut trouver un certain support dans la manipulation des symboles abstraits de l’algèbre.

En bref, le sens des nombres est une notion complexe et protéiforme. Elle peut naturellement s’accompagner de difficulté dans les matières scientifiques, même si «être mauvais en maths ou en physique» n’implique pas forcément l’existence d’une dyscalculie.

C’est au terme d’un bilan complet et détaillé que les habiletés numériques pourront être évaluées et qu’un diagnostic pourra être posé.